Partagez
Aller en bas
avatar
Joey Kirks
Capitaine du Space Mountain
Messages : 2935
Age : 21
Emploi/loisirs : Enquêter et RP
Humeur : Fatiguéééé

Re: Archipel Kan Ikul

le Dim 11 Nov - 11:51
Eldor eu un léger rictus. Il arrivait à parer les coups, mais il y en avait de plus en plus. Il fronça les sourcils. Si il se concentrait, il pourrait trouver le vrai Jack, mais là il ne pouvait pas parer autant de coup et se concentrer en même temps... Il fît alors semblant de s'emporter, et hurla d'un air dément :

-MERDE ! Y'en a trop ! Putain d'adversaires !

Les flammes sur son katana devinrent incontrolable, repoussant avec ardeur ses adversaire. Il leva alors l'épée vers le ciel, des flammes immenses partant dans tous les sens, et hurla à plein poumon :

TECHNIQUE INTERDITE : BRÛLURE ARDENTE !

Un immense torrent de flammes déferlante entoura Eldor qui disparut pour réapparaître beaucoup plus loin, derrière Jack et les illusion. Les flammes qu'il avait utilisé se canalisèrent sur la lame, la rendant encore plus dangereuse. C'était pire qu'une immense torche : c'était comme si quiconque oserait s'approchait du katana se serait fait carbonisé avant. L'Homme Démolosse ferma les yeux l'espace d'un instant, profitant du fait qu'il était très éloigné pour faire le vide dans son esprit. Il ressentit alors que l'aura de Jack était plus présent en un point. Un sourire sadique s'afficha sur le visage de l'ancien Chef des Dacota, qui fonça alors dans le tas, brûlant tout sur son passage puis, lorsqu'il sentait qu'il était proche du vrai Jack, il donna un grand coup d'épée dans le vide en disant d'un ton terrifiant :

Technique Interdite... Tsunami.

Un tsunami de flamme, d'une taille démesurément grande et d'une puissance abominable surgit alors. Les Tsunami qu'Eldor avait déjà utiliser dans ses autres combats n'était rien comparé à celui-ci. Presque aussi haut qu'il était large, il n'était pas là pour blesser l'ennemi mais pour le réduire en cendre et ne laisser plus aucune trace sur son passage.

__________________________________

avatar
Annie Panda
Mafieux Holonien
Messages : 1875
Age : 24

Re: Archipel Kan Ikul

le Sam 17 Nov - 21:49
La vague de lave frappa de plein fouet tous les clones de Jack présentes en face d'Eldor, là où se trouvait l'aura du véritable Homme-Etouraptor. Ceux-ci furent réduits en cendres, ne laissant pas la moindre trace, et tous les autres Jack disparurent, comme-ci la technique se désactivait. Le dernier Jack persistant lâcha avant de disparaître :

-Jack : Bien bien, deux techniques interdites après s'être épuisé à repousser nos attaques, tu ne lésines pas sur la dépense d'énergie à ce que je vois.

Le Jack disparut également, ne laissant plus aucun adversaire présent, mais alors qu'Eldor aurait pu s'attendre à une victoire, le véritable Jack jaillit de sous le sable, juste derrière Eldor, et avant que celui-ci n'ai seulement le temps de réagir, Jack fit un moulinet de son poignet pour essayer de trancher le dos de l'homme-Démolosse, utilisant son oeil pour optimiser ses chances d'atteindre sa cible.

__________________________________


Spoiler:
avatar
Joey Kirks
Capitaine du Space Mountain
Messages : 2935
Age : 21
Emploi/loisirs : Enquêter et RP
Humeur : Fatiguéééé

Re: Archipel Kan Ikul

le Dim 18 Nov - 1:25
Eldor écarquilla les yeux en voyant Jack surgir de sous le sable. Il fît un mouvement ample et rapide de son katana et, au dernier moment, le feu sur la lame explosèrent dans des gerbes de flammes qui foncèrent sur l'Homme Etouraptor et, en même temps, l'ancien chef des Dacota utilisa la violence de l'explosion pour se projeter en arrière, sans pour autant éviter totalement le coup de lame qui lui fît une profonde entaille au niveau des côtes. L'Homme Démolosse eu un sourire carnassier, puis il lança un coup d'oeil négligé à la blessure, comme si il la trouvait superficielle, et dit enfin :

-Hein ? Dépense d'énergie ? J'en ai plein, de l'énergie, et c'est pas quelques techniques interdite qui vont m'ennuyer... Après tout si je les nomme ainsi c'est surtout parce qu’elle pourrait blessait mes alliés... Et tu n'es plus l'un deux, malheureusement...

Il regretta presque d'avoir prononcé ces derniers mots et se mordit douloureusement la lèvre inférieur. Sa lame s'embrasa alors, de flammes puissante et d'une chaleur incroyable, et il la pointa vers l'Homme Etouraptor, puis dis finalement, d'une voix suave et basse :

-Souffle des flammes

Son épée sembla alors disparaître l'espace de quelques secondes, offrant des ouvertures parfaite pour attaquer l'Homme Démolosse, mais tout à coup il y eu comme une vibration dans l'air, presque semblable à un souffle, puis la température ambiante se mît à monter... Et c'est alors qu'un rayon immense, plus petit qu'un croc de feu mais avec une puissance bien plus monstrueuse et concentrée, fonça vers Jack d'une vitesse bien supérieur aux autres attaques d'Eldor.

__________________________________

avatar
Annie Panda
Mafieux Holonien
Messages : 1875
Age : 24

Re: Archipel Kan Ikul

le Dim 18 Nov - 1:39
Jack fronça les sourcils à la dernière remarque d'Eldor, et des phrases retentirent dans sa tête, douloureusement. "On verra bien qui aura raison de toute façon" "Je te laisserais pas la victoire, ne t'inquiète pas là-dessus" "On le fera pour des raisons différentes, mais on se battre jusqu'à la mort !". Jack prît un air peiné, et regarda le souffle de flammes lui fonçait dessus, sans bouger d'un pouce. Jack fut réduit en cendres, mais se désagrégea dans une étrange aura noire. Jack réapparut peu après et lâcha à son adversaire d'une voix sombre :

-Jack : Visual Reset. Tu te demandes peut-être pourquoi j'ai utilisé cette technique maintenant au lieu d'esquiver, non ?

Jack resta silencieux un moment, puis lâcha finalement d'un air sérieux :

-Tu l'as dit toi-même, je ne suis plus à tes côtés. Mais je n'ai rien oublié de ce qu'on s'était promis. je n'ai pas oublié ces années où on a combattus ensemble, et à chaque instant où je pose la lame sur toi, j'en souffre... Je sais que c'est pareil pour toi... Alors finissons-en définitivement... Tout de suite...

Jack prît sa lance à deux mains, et une quantité démente d'énergie entoura sa lame, l'air vibrant fortement autour de lui et le sol se fissurant tout autour de lui.

-Balançons tout ce nous avons dans cette unique attaque. Ne n'ai plus mon Visual Reset, donc c'est équitable. Une attaque à sens unique, dont un seul reviendra vivant... Permet-moi d'en finir avec cette guerre dès maintenant.

__________________________________


Spoiler:
avatar
Joey Kirks
Capitaine du Space Mountain
Messages : 2935
Age : 21
Emploi/loisirs : Enquêter et RP
Humeur : Fatiguéééé

Re: Archipel Kan Ikul

le Dim 18 Nov - 1:59
Le sourire carnassier d'Eldor changea peu à peu pour devenir cette fois-ci un sourire peiné, empli de douleur. Son regard était devenu beaucoup plus profond, comme si il était entrain de se remémorer des tas de choses. Il écouta douloureusement ce que son ancien allié lui disait, puis ferma les yeux l'espace d'un instant et il dit doucement :

-Très bien... Faisons comme ça alors.

Le sol se mît à vibrer avec forces, tandis que les flammes de la lame d'Eldor devenait comme folle, montant haut dans le ciel, à des hauteurs de plus de deux mètres. Le sol commença à se fissurer, et des flammes tout aussi grande surgirent des fissures. Les fissures se mîrent à parcourir toute l'île, et le sable commença à se changer en cendre tandis que des flammes se trouvaient sur presque toute l'île sauf un cercle où se trouvaient les deux Gijinka.

Technique de Destruction... Hell on Earth.

Les cendres se mirent alors à voler tout autour d'Eldor puis à s'agglutiner dans sa main gauche pour former un katana de cendre qui s'embrasa à son tour. Il semblait étrangement solide. Les autres cendres retombèrent à terre, et l'ancien chef des Dacota leva ses deux katanas vers les cieux et tout à coup chaque flammes présente sur l'île foncèrent vers lui, se faisant aspirer par les flammes des katanas et créant alors un immense halo de lumière et de chaleur autour du guerrier. Lorsque toutes les flammes avaient étaient aspiré, ce n'était plus que les lames, mais tout les katanas qui étaient couvert de flammes gigantesque, atteignant des hauteurs et des températures normalement impossible. C'était comme si les lames avaient un concentré de puissance et d'énergie à l'état pur, et n'importe qui aurais du perdre le contrôle normalement, mais les flammes, bien que dangereuse, ne brûlaient pas l'Homme Démolosse.

-Bien... Toute la puissance de mes flammes en un coup... On devrais pouvoir en finir avec ça.

Et il fonça alors vers Jack, près à décharger toute cette puissance phénoménale sur le traître.

__________________________________

avatar
Annie Panda
Mafieux Holonien
Messages : 1875
Age : 24

Re: Archipel Kan Ikul

le Dim 18 Nov - 2:38
Sans ciller, Jack regardait impassiblement, mais d'un air tout de même assez attristé Eldor concentrait toute sa puissance dans ses katanas, et se mît à soupirer longuement, fermant ses yeux et prenant une grande inspiration.

"Mon nom est Jack Harrison, ravi de te rencontrer."

-C'est parti alors ! Voici tout ce que j'ai !

"Tu te bats pour le plaisir ?! C'est n'importe quoi, je ne comprends pas comment un homme comme toi peut être aussi gradé ! Tch !"

Jack rouvrît les yeux et tira ses deux mains sur le côté, la lance se séparant en deux plus petites lances à une pointes, puis il les retourna dans sa main avec qu'elle fassent face à Eldor, et lâcha ensuite :

-Jack : Déversement des Cieux. Puissance Maximale.

"Tu m'as sauvé la vie... Pourtant un salaud comme toi... Je ne comprends pas... Comment ça, un ami ?"

Les deux lances s'étendirent et s'illuminèrent, devenant deux immenses lames rouge sang dans la main de Jack qui commencèrent à dégager une énergie incommensurable, l'aura de Jack se faisant aussi démentiel que celle d'Eldor, et le regard de Jack, de plus en plus déterminé. Il désactiva son oeil droit. Il ne voulait pas savoir ce qui se passerait avant l'heure.

"T'es sympa comme mec en fait... Ca me gênerait pas de faire des missions avec toi plus souvent, hahaha !"

"Tu sais quoi, je te propose un marché. Un serment qu'on doit se faire entre compagnons de guerre..."


Jack fronça les sourcils, et en voyant Eldor foncer sur lui, retira vivement sa cape d'un mouvement d'épaule, celle-ci tombant lentement vers le sol, et fonça vers Eldor à son tour.

"Nous nous battrons à côté ensemble, mais dans des objectifs différents, toi pour continuer à te battre, moi pour arrêter. La victoire de l'un amène automatiquement à la défaite de l'autre. Mais nous serons côté à côté malgré tout, en espérant chacun obtenir notre objectif, pour nous maintenir, malgré notre rivalité, vivants jusqu'au bout... Après tout, ça me ferait vraiment mal que l'un meure devant l'autre, hahaha !"

La cape de Jack toucha le sol, et au même moment, les quatre lames se touchèrent avec violence, et une immense explosion eut lieu, une explosion de flammes et d'une énergie rogue sang mélangées qui détruisit tout sur un rayon d'une dizaine de kilomètres, réduisant toute l'île en miettes. et secourant violemment toutes les îles voisins, une explosion si grande qu'elle déstabilisa et fut visible pour toute l'archipel.

______________________________________________________________

"Ce message testamentaire est-il vraiment nécessaire ? Parce que bon... hein, ça tourne ? Bon... Je me présente, Jack Harrison, chef des Eclaireurs chez les Dacotas... J'ai pas grand chose à léguer à vrai dire, je vis ma vie comme soldat et je n'ai plus ni famille ni objet de valeur... Par contre, je peut vous léguer un peu de mon histoire à travers ce message audio. Je suis né sur l'archipel Hauteur, et vivait une existence assez paisible. A la base je voulais faire pilote, ou je ne sais quel autre métier stupide lié au Ciel... Le genre de choses que tout Etourmi adorait. Puis voilà qu'un jour, un frégate Kentucky est arrivée et à détruit notre village, rasant mes amis et mes parents... J'ai été sauvé de peu par des renforts Dacotas, bien heureusement. Mais j'avais perdu tous mes proches. Et c'était quoi la raison de cette attaque ? Un simple petit message de tension des Kentuckys aux Dacotas pour rappeler qu'ils "étaient encore là". Bref, vous voyez le genre. Du coup, j'ai chialé. Longtemps d'ailleurs. Puis je me suis dit qu'un jour je mettrais fin à ces guerres stupides, afin de ne plus avoir des massacres aussi inutiles... Et c'est cet objectif que je suis aujourd'hui. On me critique souvent parce que je suis un objectif utopique... Mais au fond, quand toute ma vie a été brisée... Que puis-je suivre d'autres? Tss, ce message m'énerve... Après tout, qui va s'intéresser aux phrases d'un pauvre fou qui recherche une paix inatteignable... Il n'y a pas de magie... Quoiqu'il arrive, i ly aura toujours quelqu'un pour vous empêcher d'atteindre cette paix, quoique vous fassiez... Message testamentaire terminé."

Les traces de l'explosion disparaissaient peu à peu, et de l'île, il ne restait plus qu'un petit morceau, celui où se trouvait Jack et Eldor sur un rayon de quelques mètres. Avec un mètre d'écart, les deux Gijinkas se faisaient dos, lames tendues et regard sombre. Peu à peu, du sang se mît à couler et à tomber par terre devant Jack, ses deux lames se désactivant et se brisant. Il lâcha impassiblement :

-Jack : Eldor... Sache que quoiqu'il soit arrivé... Tu auras toujours été un ami pour moi, jusqu'au dernier instant...

__________________________________


Spoiler:
avatar
Joey Kirks
Capitaine du Space Mountain
Messages : 2935
Age : 21
Emploi/loisirs : Enquêter et RP
Humeur : Fatiguéééé

Re: Archipel Kan Ikul

le Dim 18 Nov - 3:09
Eldor était derrière Jack, un peu plus loin. Son épée de cendres se désintégra, et les flammes de son katana s'éteignirent totalement tandis que des cendres se mîrent à reformer des sceaux qui s'attachèrent au corps de l'Homme Démolosse. Le Gijinka eu un petit sourire, puis il dit finalement :

-Tu sais... J'ai toujours pensé... Que ce serais toi qui devrais prendre ma place...Si jamais je devrais mourir...

Du sang se mît alors à couler à grosse gouttes d'une énorme plaie sur son torse et d'une autre plaie sur ses côtes que l'attaque avait causé. Il se sentit tomber, puis planta alors son katana dans le sol, poussant plusieurs râles de douleur. Le sang coulait de plus en plus et il sentit que sa vision se troublait. Il grimaça. Il aurais aimé faire tellement de chose... Il aurait aimé se battre encore plus, protéger ses soldats, gagner face aux Légendaire, passer plus de temps avec les autres... Il ne voulait pas s'arrêter maintenant ! Mais parmi toutes ces envies il avait une chose qu'il aurait aimé faire encore plus. Il eu un sourire empli de douleur, et dit d'une voix cassé par l'émotion :

-C'est con mais... J'aurais aimé qu'on fume à nouveau une clope en discutant de tout et rien... Comme avant... Comme si rien ne s'était passé...

L(Homme Démolosse eu un spasme de douleur et il s'agenouilla et se mît à tousser pour finalement craché du sang. Il grimaça. C'était trop tôt... Il se dit alors qu'il aurais pu faire tellement plus, qu'il aurait pu faire les choses d'une meilleure façon. Il aurait pu empêcher les trahisons, peut-être stopper la guerre tant qu'il en était encore temps... Mais peut-être que son envie de combattre l'en avais empêché ? Peut-être qu'au fond il était contre la paix... Il lâcha son épée, qui s'embrasa alors d'une flamme impressionnante. Il tomba à terre et, au moment où Eldor lâcha son dernier souffle, son katana se réduisit en cendre et la flamme disparut.

__________________________________

avatar
Annie Panda
Mafieux Holonien
Messages : 1875
Age : 24

Re: Archipel Kan Ikul

le Dim 18 Nov - 3:23
Jack soupira en sentant le corps d'Eldor s'effondrer, lâchant ses deux lames, le sang coulant devant lui étant celui d'Eldor sur les ses armes. Une larme sembla couler le long de sa joue, et il lâcha finalement :

-Jack : Ca aurait été cool ouais... M'enfin, tout est fini. Enfin. Acquisition des Morts !

L'Homme-Etouraptor fit apparaître une nouvelle lance neuve, et commença fastidieusement à aspirer toute l'énergie d'Eldor, même si à cause de la quantité cela demandait du temps.

__________________________________


Spoiler:
avatar
Joey Kirks
Capitaine du Space Mountain
Messages : 2935
Age : 21
Emploi/loisirs : Enquêter et RP
Humeur : Fatiguéééé

Re: Archipel Kan Ikul

le Dim 18 Nov - 14:46
Avant le dernier combat de Jack, Kyogre fût parcouru d'un frisson. L'eau lui semblait plus froide qu'auparavant. Elle haussa les sourcils, puis dit d'une voix basse, chuchotant presque :

-... Tu as... Compris ?

L'eau arrêta de ruisseler sur son corps, tandis que le nemesis de Kyogre continuait de la fixer d'un air sérieux et impassible. Il se mît alors à marcher vers la femme en bleu, d'un pas lourd et lent, mais avec un air empli d'assurance. Il s'arrêta finalement à mi-chemin, puis ferma douloureusement les yeux, une grimace de colère déformant son visage.

-Tout ce que tu voulais... C'était qu'il revienne. Ne croyant pas en sa mort, tu nous à trahis... Tu M'AS trahis... Sans te rendre compte que tu étais bercé par une illusion, par ce simple espoir, cette pensée qu'il pourrait être encore en vie...

Kyogre écarquilla les yeux. Elle se mît à trembler, puis recula de quelques pas et elle murmura, doucement mais d'un ton terrifié :

-... Un simple espoir... Une simple pensée...

Elle leva la tête et fixa les cieux, un air de profond désespoir et de tristesse au visage. Elle prît un air bien plus résolu, puis elle dis finalement d'un ton ferme :

-Non... Rayquaza est encore en vie. Tu l'as dis toi même, non ? Nous sommes des concepts, des idées, des Dieux... La "vraie" mort est impossible pour nous ! ALORS IL EST FORCEMENT ENCORE EN VIE !

L'expression de Groudon était toujours neutre et ferme, ne semblant ressentir aucune compassion pour la femme. Celle-ci sembla avoir un tic nerveux, et il sentît qu'il y avait des remous dans l'eau. L'élément semblait aussi agité que l'esprit de celle qui le contrôlait. Kyogre ferma douloureusement les yeux, se remémorant le moment où elle avais décidé de trahir les Légendaires.

Kyogre : Tu ne comprends pas...

Début du Flashback


La réunion était finie. Groudon s'était énervé et avait failli frapper Jack lors de celle-ci, mais Kyogre était d'un calme effroyable. Elle avait fixé tout le monde d'un regard froid pendant toute la scène puis, lorsque la réunion était finie, elle s'enferma dans sa chambre du palais et se mît dans un coin de la pièce, se recroquevillant sur elle même, réfléchissant. Jack avait tué Rayquaza... Elle ne le verrais plus jamais... Le Maître des Cieux n'était pas la meilleure personne au monde, mais c'était la famille de Groudon et Kyogre. Et le savoir mort la dévastait. Elle ne savait même plus ce qu'elle ressentait et si elle ressentait. Elle resta ainsi pendant un moment, puis eu un déclic, un sourire presque désespéré au visage. Peut-être... Que Jack avait échoué. Peut-être que Rayquaza était encore en vie... Oui... Oui, c'était une certitude ! Rayquaza n'aurais jamais pu mourir ! Il n'aurais jamais pu perdre ! La jeune femme se leva alors, un air déterminé au visage. Il était hors de question de rester parmi les Légendaires, et surtout de rester près de Jack, qui leur mentait et tenterait surement quelque chose pour les anéantir... De l'eau se mît à ruisseler sur son corps et, rapidement, tout son corps se changea en eau qui disparut.

Fin du Flashback

Des vagues commençaient à parcourir l'étendu d'eau, tandis que le corps de la Légendaire était tremblant. Elle eu à son tour une grimace de colère, ses yeux toujours fermés, puis elle dis d'un ton empli de haine :

-Qu'est-ce que tu as fais toi ?! Tu t'es énervé et t'as gueulé comme un crétin, parce que t'en es un au fond ! Et après ? RIEN ! T'as rien fait ! Pendant que je réfléchissais, t'as rien fais toi, tu t'es contenté du fait qu'il sois mort et que Jack l'ai tué....T'EN AVAIS RIEN A FOUTRE AU FOND !

Groudon écarquilla les yeux en entendant les derniers mots de la Légendaire. Il eu un léger tremblement dans le bras puis il referma sa poigne. Son cristal se mît à trembler et éclata finalement, son aura et sa puissance émanant tout à coup de lui.

-Tu penses... Que je m'en fout de toi et Rayquaza ? Tu le penses vraiment ?!

Le sol se fissura et d'immenses morceaux de terre se détachèrent du sol, sans pour autant détruire l'île ou libérer du magma. Les rochers étaient néanmoins énormes. Une bonne vingtaine se rassembla et se mirent à tournoyer autour du Maître des Terres, donnant un spectacle assez impressionnant. Les runes sur le kimono de Kyogre se mirent alors à briller puis disparurent de son habit et des tatouages de runes semblable apparurent sur chaque partie de son corps. Son aura éclata à son tour, rivalisant avec celle de Groudon. Son regard, auparavant mélancolique et peiné, représentait beaucoup plus de la haine à présent. Elle leva son bras puis s'arrêta de manière à ce que sa paume soit au même niveau que son épaule, et tout à coup une petite sphère d'eau, pas plus grande qu'une orange, apparût devant sa paume puis fonça vers le Dieu des Terres. Celui-ci lança un de ses rochers vers la petite sphère et, lorsqu'ils s'entrechoquèrent, la petite sphère explosa au dernier moment, libérant une grande quantité d'eau et d'énergie en même temps. Les deux attaques se contre carrèrent parfaitement, l'eau et l'énergie se dispersant et le rocher se cassant en petit morceaux qui tombèrent lourdement dans l'eau. De nombreuses sphères semblable à celle que Kyogre avait lancé plus tôt apparurent alors autour d'elle et se mirent à tournoyer autour de la jeune femme, de la même manière que les rocher de Groudon tournaient autour de celui-ci. L'homme en rouge saisit ses couteaux et la femme en bleu sortit son katana du sol. Ils se lancèrent un regard assuré, puis ils dirent finalement, d'une même voix :

-Finissons-en... Mettons enfin un terme à nos disputes et découvrons qui est le plus fort de nous deux. Qui de la Terre ou de l'Océan vaincra.

Ils reculèrent de quelques pas, puis s'élancèrent l'un vers l'autre, prêt à se porter un coup fatal, lorsque Groudon fît un peu plus attention au regard de Kyogre. Elle semblait triste mais était aussi emplie de haine... Elle lui en voulait. Elle lui en voulait tellement de n'avoir rien fait. Il écarquilla alors les yeux, comprenant vraiment. Il avais compris le but de Kyogre, et maintenant il comprenait pourquoi elle voulait tellement le faire revenir, même si cela signifiait trahir les siens... C'était parce qu'au fond, la Légendaire avait toujours voulu avoir "une famille". Et Rayquaza était le seul à en faire partie... Maintenant qu'il n'était plus là, elle devait se sentir extrêmement seul. Il ferma douloureusement les yeux, fonçant toujours vers sa Nemesis puis, au moment final, il donna un coup de couteaux dans le vide et tous les rochers valsèrent dans n'importe quel direction, aucun ne visant la femme en kimono. Il lâcha alors ses armes, sous le regard étonné de la Légendaire, et se laissa alors transpercer par le katana en pleine poitrine, tout en se prenant des explosions d'énergie et d'eau dû aux sphères. Il se laissa faire, avançant vers Kyogre, et la prît finalement dans ses bras tremblant, tout en poussant des râles de souffrance. La Déesse des Océans écarquilla les yeux en sentant la douceur du geste. Des larmes commencèrent à rendre les yeux du beau brun humide, et il dit finalement d'une voix tremblante, avec difficultés :

-Je suis....désolé... Tu as toujours cherché une famille... Et tu n'as pas pu la trouvé en moi... Désolé de ne pas avoir compris plus tôt... Désolé... Pour tous ces combats... Toutes ces remarques... On était si proche et si éloigné...

Il se mît à craché du sang, sentant une vive douleur. Il était à bout et ne tiendrais pas plus longtemps. Kyogre eu un frisson, puis lui dit alors :

-I...Il n'est pas trop tard ! Ne meurs pas, ne me laisse pas !

Groudon ferma douloureusement les yeux. Il avait tellement mal... Mais c'était la meilleure manière d'en finir. Il eu un sourire serein, puis il dit :

-Je suis plutôt content... De finir ce combat ainsi, sans te tuer...

La femme en kimono écarquilla les yeux en sentant le coeur de Groudon qui battait de moins en moins vite Elle retira sa lame, et du sang gicla encore plus, l'éclaboussant elle et le corps presque mort de son ancien ennemi qui tomba lourdement au sol. Elle le regarda d'une expression emplie de tristesse, sentant les larmes qui montaient, et avec un immense sentiment de solitude et de culpabilité. Elle rangea alors son katana et décida de rester à côté de lui, de rester avec son ancien pire ennemi pour l'accompagner durant ses derniers instants.

-----------------------------------------------------------

Au même moment, Artikodin regarda Elena d'un air presque étonnée l'espace d'un instant. Si elle aurais été moins imbue d'elle même, elle aurait pu trouvé l'assurance de la femme Absol impressionnante, mais dans ces conditions elle trouvais ça à la fois risible et irritant.

-Tu comptes nous vaincre ? ME vaincre ? ... C'est la chose la plus ridicule que j'ai jamais entendue.

Elena planta violemment sa faux dans le sol, et la femme Artikodin fût alors happée par les ténèbres, se retrouvant dans le noir total, ne distinguant absolument rien. Elle prît un air lassée, se demandant si il s'agissait de la même technique que tout à l'heure, lorsqu'elle distingua quelque chose. Une forme semblable à un humain squelettique, totalement blanc et sans visage, et qui avançait vers la Troisième Légendaire. Celle-ci se retourna alors pour voir que d'autres personnages semblable avançaient peu à peu vers elle, surgissant des ténèbres.

Artikodin : Des êtres faibles plutôt que de venir se battre par soi même...

Elle tenta d'asséner un coup de katana au ventre de l'une des silhouettes, mais au dernier moment une main supplémentaire surgit du ventre de la silhouette et stoppa la lame. La Légendaire haussa un sourcil, puis eu un claquement de langue agacée. Aussitôt, plusieurs katanas de glaces apparurent et transpercèrent chaque silhouette présente. La femme Absol surgit alors des ténèbres.

-Elena : Bienvenue dans mon domaine.

Artikodin regarda les alentour d'un air sceptique. Un domaine ? Ils étaient simplement plongées dans les ténèbres avec quelques illusions, rien de bien inquiétant. Elle sentit quelque chose lui frôler le dos, et elle se retourna d'un air affolée, apeuré par le simple fait d'avoir été touchée. Mais il n'y avais rien derrière elle... Seulement les ténèbres.

*Je ne peux me fier à absolument rien... Qu'est-ce qui est dans l'ombre et qu'est-ce qui est dans la lumière ? Est-ce qu'un ennemi est ici ou pas ? Et où est-il ? La notion même d'ennemi deviens flou ici...*

Elle sentit alors une violente douleur à son épaule, et regarda alors vers celle-ci pour voir qu'un coup de faux avait causé une plaie béante sur son épaule, faisant couler son sang sur sa peau pâle. Une expression de vive colère se lisais sur son visage. De la neige commença à tomber, et elle dis d'une voix basse et empli de dégoût :

Quelqu'un comme toi... Faisans couler le sang de quelqu'un comme moi... Dégoûtant... Tu es dégoûtante, les êtres vivants sont une masse d'ordure stupide, puante, dégoûtante...Et l'un d'entre eux ose faire couler MON sang ?!

La neige tomba avec encore plus de puissance, chaque flocon de neige semblant aussi tranchant qu'une lame de katana, comme lors du combat de la Légendaire face à Persephone. Les flocons de neige se transformèrent tout à coup en une multitude de katanas, et ils foncèrent tous dans n'importe quel direction. Les ténèbres disparurent alors, dévoilant une femme Absol blessée, avec un katana blanc planté au niveau du ventre. L'ancienne chef des Dacota enleva la lame de son corps et la laissa tombée lourdement, une grimace de douleur au visage, puis elle se releva, un regard hautain, et déclara :

-Tu vois, c'est exactement ce que je disais. Tu es la preuve même que les Légendaires sont des connards méprisant. Des connards qui se croient supérieur et qui n'en ont rien à foutre de tuer les autres !

Elle donna deux coups de faux dans le vide et une immense croix faite d'énergie noire fonça vers la femme Artikodin, à une vitesse impossible à esquiver. La croix noire fonça sur la Légendaire et la plaqua violemment au sol, sans que la Légendaire ne contre attaque, peut-être par manque de temps ou par dédain. Elena s'avança vers l'Oiseau des Neige, puis porta la lame de son faux au niveau du coup de sa future victime, un air de démence dans le regard.

-Et maintenant je vais t'ôté la vie... Comme j'ai ôté la vie à Palkia... Et comme je vais l'ôté à tous ces Légendaires qui m'ont fait souffert.

Artikodin eu une expression dédaigneuse, puis elle déclara :

-Me clouer au sol et me faire saigner... En tant que Bourreau, je vais mettre un terme à ta vie pour ces raisons. Tu vas mourir d'une mort aussi misérable que tu as vécue... Pouvoir Légendaire... L'Impératrice des Glaces !

Aussitôt, il y eu une explosion extrêmement violente d'énergie. La croix noire se transforma en glace puis se craquela pour exploser en mille morceaux, libérant la Légendaire, qui se releva rapidement. Ses habits étaient presque semblable à de la glace et, dans un périmètre de quelques mètres autour de la Légendaire, chaque grain de sable était aussi devenu de la glace. Elle eu un rictus affreux, puis dit d'un ton dément :

-Tout...Que tout retourne à la glace...

Elle leva les bras vers les cieux et une véritable tempête de neige déferla sur l'île, un blizzard intense et glacial soufflant, rendant la température si basse qu'Elena avait du mal à bouger. La cruelle Légendaire saisit alors la faux d'Elena qui se transforma en glace pure à son tour. La femme à la peau pâle ricana, tandis que la Gijinka lâcha son arme et la regarda se transformer puis se craqueler d'un air horrifiée. Elle lança ensuite à nouveau un regard haineux à Artikodin. Celle-ci hurla à travers le blizzard :

-Il n'y a plus rien que tu peux faire contre moi, stupide déchet ! MON POUVOIR ME REND INVINCIBLE !

Elena la fixa d'un air songeur, réfléchissant. Si tout ce qu'elle touchait se changeait en glace, alors est-ce que ça affectait les humains aussi ? Mais... La femme Artikodin devrait être dévorer par son propre pouvoir dans ce cas... Elle eu un déclic, puis eu un air horrifiée, mais elle n'eu pas le temps de réfléchir plus longtemps. La femme Artikodin s'était abaissée et, lorsqu'elle posa sa main sur le sol, tous les grains de sable de l'île se changèrent alors en glace pure et se changèrent en piquant, transperçant alors les pieds d'Elena, qui ne pouvait plus bouger sans se faire transpercer. Elle laissa échapper un cri de douleur, et se mordilla les lèvres. Elle regarda à nouveau la Troisième Légendaire, qui avais un air si triomphant...

Elena : ... Je vais te tuer...

Elle eu un regard emplit de rage, dans lequel se lisait aussi de la détermination, puis elle hurla :

-MÊME MA MORT IMPORTE PEU SI JE PEUX TE TUER !

Son bras s'entoura alors d'une épaisse énergie noire. Une énergie puissante, démentielle et quasi incontrôlable, comme si toute la force et la magie de la jeune femme s'était matérialisé sur son bras.Elle donna un coup de poing surpuissant au sol, réduisant chaque épine en miettes, et fonça à une vitesse impressionnante vers la Troisième Légendaire. Sans qu'elle ne puisse riposter, Elena lui enfonça alors sa main dans le ventre, transperçant sa chair par la force du coup. Son bras commença alors à se changer en glace pure, mais toute l'énergie ténébreuse se déversa dans le corps d'Artikodin, lui assénant un coup surpuissant à la Légendaire des Glaces. Celle-ci cracha un filet de sang, mais lança un regard hautain à la femme Absol :

-Tu vas mourir. Ton corps tout entier va se changer en glace pure.

Elena eu un petit sourire. Tout son bras était maintenant de la glace pure, et son épaule commençait à le devenir aussi.

Elena : Et toi, tu vas souffrir... Toute ma haine envers les Légendaire, toute ma folie, va se déverser en toi et te torturer, mentalement et physiquement... Pour toujours...

Artikodin eu un regard dédaigneux, faisant semblant de ne pas y prêter attention, et pourtant, elle ressentait vraiment une intense douleur. Elle marmonna finalement :

-Merde... Par un déchet comme toi... Mais j'aurais quand même gagner !

La femme Absol eu un léger sourire. Plus de la moitié de son corps était changé en glace, et celle-ci commençait à ronger petit à petit son visage. Elle lâcha finalement :

-J'ai pu te blesser gravement... Et je vais peut-être revoir ma fille et mon frère... Alors... Même si je meurt, ce n'est pas grave... Je pars l'âme tranquille, mais ton amour propre est détruit à jamais... Alors... J'estime avoir gagné...

Son corps se changea totalement en glace pure au moment où elle finit sa phrase. La glace craquela, se fissura, puis la forme du corps d'Elena se brisa en morceaux, réduisant à néant la Gijinka.

------------------------------------

Oh-Ho tendit tout simplement la main vers la plaque de roche. Une immense vague de chaleur se fît ressentir et la roche se mît à fondre pour finalement se désintégrer. Il lança un regard amusé à Kailla, puis il dis finalement :

-Tu as réussi à faire souffrir et à énerver Dakrai... Franchement, je considérerais ça comme une victoire à ta place, bravo, personne n'y a réussi avant... Du moins, je crois.

Il lança un regard inquiet à Darkrai. Il n'était pas dans son état normal... Il ferais mieux de le ramener en lieu sur et de lui préparer une tasse de thé. Il eu un sourire chaleureux, puis il dit finalement à la femme Carchacrock :

-Bien... A la prochaine ♪

Il y eu un immense flash de lumière pendant lequel Oh-Ho prît Darkrai puis s'envola à grande vitesse pour laisser les autres Gijinka ici.

----------------------------------------

Cresselia eu un petit rire. La scène se figea et se teinta en noir et blanc, et la Légendaire apparût dans un nuage de brume. Elle prît une expression amusée, puis elle dit finalement :

-Mais réfléchis un peu, Martin. Tu connais Nelly grâce à la guerre... Un monde où tu ne la connais pas...C'est un monde où la guerre n'existe pas. Je pourrais t'offrir ça tu sais. Je te l'ai dit...

Elle prît une voix beaucoup plus sensuelle et charmante puis elle murmura :

-Je pourrais t'offrir absolument tout ce que tu veux ... ~


---------------------------------------------------

Kuraï fixa les flèches, d'un air mauvais. Il devais faire quelque chose... N'importe quoi... Il se mît alors à tirer une dizaine de balles dans les airs, qui explosèrent pour libérer des masses d'énergies ténébreuses qui foncèrent vers les flèches pour les détruire. En même temps, il lâcha ses armes, se rendant totalement innofensif, puis il marcha lentement vers la femme Givrali et la prît dans ses bras, serrant la Gijinka contre lui, puis il lui dit doucement :

-Je t'en supplie Glacia... Il faut que tu reviennes. J'ai besoin de toi... Je... Je ne me sens pas en vie sans toi. Je n'ai aucune arme, je ne veux pas te blesser... J'ai juste besoin que tu reviennes parce que... Je t'aime Glacia.

__________________________________

Invité
Invité

Re: Archipel Kan Ikul

le Ven 23 Nov - 22:59
Perséphone s’apprêtait à lancer la seconde salve de son attaque, lorsqu’elle vit son adversaire lâcher les armes. Elle fronça les sourcils, ne savant vraiment quoi faire ni quoi dire, et laissa Kuraï l’étreindre.

« Je t'en supplie Glacia... Il faut que tu reviennes. J'ai besoin de toi... Je... Je ne me sens pas en vie sans toi. Je n'ai aucune arme, je ne veux pas te blesser... J'ai juste besoin que tu reviennes parce que... Je t'aime Glacia. »

Perséphone afficha un grand sourire carnassier.

« Mais… Tu sais, l’amour c’est qu’une banale réaction chimique, tu sais, hein, tu sais, n’est-ce pas ?

« Et si tu m’aimes autant, tu essaieras de me tuer, non ?

« Tu me tueras hein ? Parce que je suis absolument tarée ! On n’a pas besoins de fous comme moi sur cette terre non ? »


Perséphone éclata de rire, un rire malsain et en même temps, chaleureux… ? C’était l’impression qu’elle donnait en ce moment même.
Elle l’attrapa par le derrière de son crâne, le rictus fixé à ses lèvres. Un battement de cil plus tard et un mur magique était érigé. La jeune femme frappa alors de toutes ses forces la tête ainsi exposée de Kuraï contre la surface, plusieurs fois d’affilée, hurlant un « Meurs ! » à chaque impact d’une voix pleine de démence, le ton allant crescendo.
Au bout d’un énième impact, Perséphone laissa le visage de Kuraï contre le mur, pouffant de rire comme si elle vivait un épisode maniaque. Sa voix était exagérément rapide et saccadée lorsqu’elle parla :


« Glacia te disait toujours de belles choses, ça me donnait envie de vomir de vous voir tous les deux ! Tellement rose et fleur bleue, tu t’en rendais compte, n’est-ce pas, n’est-ce pas, n’est-ce pas ? Tu le voyais, tu disais rien, parce que cette connasse, cette salope de première prenait tout comme une marque d’amour ! Elle pensait que c’était ton affection qui s’exprimait comme ça !

« Elle avait que toi en tête, tu te rends compte, tu y penses à ça ?!

« Et même avec ça, elle a pas été foutue de garder son calme ! Elle a rejoint les Légendaires parce qu’un bellâtre en vert lui a baisé la main ! Elle a pensé à te tuer, tu comprends ?! Tu comprends ?! »


Au second 'comprends', la tête de Kuraï heurta le mur, accompagné d’un éclat de rire totalement fou.


« T’as absolument rien compris à la pauvre conne qui te servait d’amante, mon pauvre ! Elle n’a pas éprouvé la moindre culpabilité, pas le moindre remord, pas le moindre doute !

« Alors tu comprends, j’étais totalement folle de joie quand j’ai pu prendre sa place ! Parce qu’elle est faible ! Hahaha, elle est tellement, tellement faible, tellement et ridiculement faible ! »


Perséphone avait la respiration haletante et pleine de soubresauts, comme un animal. Elle écrasa encore une fois le visage déjà plein de sang et de contusion de l’homme Noctali, forçant tellement que la barrière se fissura.

« Heureusement que j’étais là… Et tu veux me tuer, tu veux me tuer, tu veux me tuer, moi, la forte, l’intelligente, celle qui pourra te donner tout ce que tu souhaites ?! Tu veux me tuer, mais pourquoi, pourquoi, pourquoi ? J’ai été méchante avec toi ?! Tu trouves pas ça un peu fou de dire ça de moi ?! Hahaha ! »


Elle lâcha sa victime et lui donna un bref coup de pied pour que Kuraï se retrouve sur le flanc. Aussitôt, elle pressa sa chaussure sur sa tempe, appuyant avec son talon comme une forcenée.


« Ben alors ? T’as plus ta langue ?! Tu sais plus parler, comme c’est triste ! Tu veux peut-être que je vérifie si elle est toujours là pour toi, au cas où ?

« Histoire de, je sais pas moi, te la faire avaler ! De te la découper, et de te la faire bouffer ! Ça sera une super bonne idée non ? Avec un verre de vin peut-être ? Je te ferais tout ça si tu me le dis, moi ! »


Elle souleva son pied et l’asséna d’un coup sec sur la mâchoire de Kuraï. Quelque chose craqua, sur un ton sinistre.


« Oh merde, on dirait que j’ai abîmé ton joli petit visage ! Je devrais peut-être encore ? Je veux voir ton expression quand tu agoniseras devant moi ! Quand tu seras tellement essoufflé que tu cracheras tes poumons ! Quand tu seras tellement mutilé que t’auras plus qu’un œil pour chialer ! Ça te tente pas ?!

« Hé, tu n’entends pas ? Tu n’entends pas ?! Ou alors, tu as oublié ?! »


Une lame de sang bleu perça l’avant-bras de Perséphone, longue et effilée, ressemblant à la lame d’une faux. Elle s’accroupit devant l’homme Noctali, saisit une poignée de cheveux et l’amena à sa hauteur. Si près que leurs nez se touchaient presque. Les yeux rivés sur les lèvres rougeoyantes de sang de l’homme Noctali, la jeune femme susurra :

« Tu as oublié le bruit que faisait ta chair quand elle s’ouvre en deux, non ? »

Un grand sourire accompagna sa tirade, avant que son épée magique vienne se planter dans son épaule.
______________________________________________________________

Glacia ferma les yeux, les larmes coulant abondamment sur le sol irréel. Ses poings se serrèrent, à l’instar de son reflet de Gijinka-Evoli. Elle frappa la paume contre la surface, hurlant à s’en arracher les cordes vocales.


« POURQUOI ? POURQUOI TU LUI FAIS CA, A LUI ?! »

Devant son impuissance, Glacia jura, le souffle court. Que pouvait-elle faire, à part assister à la destruction totale de tout ce qui importait pour elle ?
La jeune femme se mit à réfléchir, essayant d'ignorer les visions de son amant devant ses yeux.
Réfléchir, réfléchir... Qu'est-ce qui pouvait bien enrayer Perséphone ?
Son reflet, disait-elle... Son reflet... Une seconde 'Glacia'...
______________________________________________________________

Perséphone bougea son avant-bras dans un mouvement de balancier, observant, appréciant plutôt, le visage déformé par la douleur de Kuraï. Elle se pencha à son oreille et murmura, d’une voix plus inaudible encore :


« Tu ne sens pas sa vie sans elle, hein ? Alors pourquoi je t’épargnerais alors qu’elle est morte ? Morte ?! »

Sur la répétition du mot, elle retira sa lame sur le haut, coupant net l’épaule de Kuraï.

« Oh, mon cœur, tu es tellement plus magnifique lorsque ton visage est à l’agonie ♥

« Regarde-moi ses traits angéliques… »

Nouveau coup, cette fois-ci, dans le ventre.

« Quand ils sont tordus par la douleur… »

Elle fit un mouvement de va-et-vient dans l’ouverture causée par sa lame. Son souffle chaud se répétait irrégulièrement dans la nuque du jeune homme. Puis, lentement, elle retira son épée, les yeux fixés sur le visage de Kuraï. Perséphone fut prise d’une nouvelle crise de fou rire.
C’est alors que soudain…


« Non… Je… Je ne peux plus te laisser faire ça… »

Perséphone se figea net. Puis un sourire illumina son visage. Elle fit volteface et croisa le fer avec la personne à qui appartenait la voix. Lorsque leurs épées se rencontrèrent, le paysage vola en éclat, laissant place à la prison magique et irréelle de Glacia. Celle-ci avait le regard dur, malgré ses lèvres qui tremblotaient.

« T’en a mis du temps, hahaha ! T’attendais quoi ? Que je le découpe en morceaux ? Devant tes pauvres yeux pleins de larmes ? T’entendre hurler de rage en frappant n’importe quoi, à en briser tes petites phalanges ?

« Au passage, très joli coup le transfert ! Enfin, je ne m'attendais pas moins de la Glacia originale, haha ! »

« Ta gueule. »

« Tu veux que je la ferme ? Mais, je t’en prie ! »

« Pouvoir Légendaire… »

« … Premier Passage ! Cryo Fusion ! »


Mais la voix de Glacia hurla par-dessus celle de Perséphone :

« REFLET ! CRYO FUSION, DOUBLE PEINE ! »

Alors, la copie ne sut même pas ce qu’il arriva. Son attaque fut balayée par une tornade argentée, et elle subissait la même chose de l’autre côté. La jeune femme Givrali valsa dans la pièce irréelle à cause des deux explosions, s’incrustant dans le mur qui vola en éclats, laissant voir une étrange matière noire.

« Q-quoi ?! »

Glacia l’observa à travers la pièce. Leurs regards étaient verrouillés, malgré la distance.

« … Tu n’es pas mon reflet… Tu l’as cru, n’est-ce pas ?

« Tu t’es toujours pris… Pour le double de moi…

« Alors que c’est totalement l’inverse ! Je suis ton double, espèce de conne ! Tu n’as jamais rien compris à mes souvenirs, parce que ce ne sont clairement, et ça ne sera jamais les tiens !

« Comment as-tu pu être aussi imbécile sur ce coup là ?! Cherche dans tes souvenirs, tu trouveras quelque chose de traumatisant ! Un tel traumatisme qui t'a affecté de ce que tes chers humains appelaient un dédoublement de la personnalité ! Je suis la 'fausse' conscience, celle créée pour éponger les souffrances et te plonger dans le sommeil, pour que tu oublies !

« Et j'ai été tellement envahissante que tu as tout abandonné ! Tu n'avais plus rien pour lutter, et ce pendant plus de vingt ans ! Mais, à présent... A présent, tu n'es plus rien qu'une carcasse. Nous n'avons jamais et ne serons jamais la même personne. Car, à présent, je vais définitivement prendre ta place. »

« Q-que dis-tu... »
La voix de Perséphone tremblait, de peur, d'angoisse, de panique, et d'interrogations aussi. Lentement, elle déchiffra les paroles, se les remémora, chercha à les accepter.

« Tu as fait une grosse erreur, de profiter de mes faiblesses pour resurgir... Et, d'une certaine façon, tu t'es vengée... Mais je ne te laisserais plus faire, désormais.

« Et maintenant… Adieu. Adieu, conscience originelle ! »


Alors que Glacia fonçait vers elle, la lame magique brillant sur son bras, tout s’assembla dans l’esprit de Perséphone. Elle… Elle avait vraiment été si aveugle ? Tellement idiote qu'elle n'y avait rien compris... Mais, à présent, c'était évident.
Et cette Glacia, avait tout trouvé par elle-même ? De part sa déduction ? Non, son désespoir l'avait menée là, et rien d'autre...
Enfin… Ce n’était plus grave à présent.
Elle n’eut même pas mal lorsque la lame trancha sa gorge, sa tête tombant sur le côté comme une masse. Une petite trace de sang laissa son chemin sur la tenue immaculée de celle-ci.
Tout se brisa en morceaux de verre irréels.
Contenu sponsorisé

Re: Archipel Kan Ikul

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum